Salut

Moi, c’est Élodie.

Ce qui m’anime le plus est de vous voir grandir et apprendre à vous apporter de l’amour, différemment qu’à travers votre addiction. Ces substances qui pour l’instant apaisent.

“Grandir grâce à sa cigarette”, un accompagnement sur mesure, vers le chemin de l’épanouissement.

Salut

Moi, c’est Élodie.

Ce qui m’anime le plus est de vous voir grandir et apprendre à vous apporter de l’amour, différemment qu’à travers votre addiction. Ces substances qui pour l’instant apaisent. “Grandir grâce à son addiction”, un accompagnement sur mesure, vers le chemin de l’épanouissement.

“Celui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde.”

L'alcool pour tenir le coup...

Encore un vendredi où il est 18h. L’open space est vide depuis longtemps. Je vois la pile de dossiers devant moi. Le bureau de ma collègue est bien rangé. Comment ça se fait que moi je ne suis pas à jour ? Ma gorge se serre, j’ai les larmes qui montent. Je ravale ma salive. Mon dos et mes épaules sont tendus depuis des heures, des jours.

Mes amis sont au bistrot du village pour boire un verre. Je n’ai qu’une envie les rejoindre et boire une bonne bière. A la première gorgée, les tensions de mon corps s’atténuent. Je me sens à nouveau libre de respirer. Les bières s’enchaînent.

Seulement, mon estomac se tord à nouveau lorsque que dimanche soir, je règle mon réveil.

Cette stratégie fonctionne quelques années, j’oscille entre tension et légèreté grâce à l’alcool. Jusqu’à ce qu’un matin, je me lève et là… tout se met à tourner autour de moi… je panique !

Depuis un mois maintenant, j’ai l’impression de vivre dans un manège. Chaque déplacement est un calvaire. Je comprends qu’il faut que je change quelque chose dans ma vie.

Faute de solution médicale, je teste plein de méthodes, méditation, pensée positive, … rien ne m’apaise. Jusqu’au jour où, je conscientise que je cherchais uniquement à mettre en avant la fille qui réussit. Au lieu d’accepter la partie de moi “pas à la hauteur” que je m’épuise à cacher. Les larmes montent, je sens mon corps entier se détendre.

J’ai commencé à changer mon regard sur moi, à m’autoriser à voir mes progrès. Au lieu de juste voir là où je n’étais pas assez.

Des années plus tard, grâce à ma formation, j’ai compris que sortir de ma zone de confort est déjà une réussite. Mon mentor demande qui souhaite coacher? Je sens la tension monter, j’en suis consciente, je respire profondément, me félicite et lève la main pour coacher devant une centaine d’élèves de l’EDEC ! Une personne qui elle aussi à choisi d’utiliser l’alcool comme stratégie à ce moment de sa vie pour tenir le coup.

Clin d’œil du destin ?

Ma boîte à outils

Retour en haut